Avril Lavigne : avant son retour cette année, revenons sur son album éponyme

Avril Lavigne : avant son retour cette année, revenons sur son album éponyme

La chanteuse pop canadienne annonçait, il y a quelques jours, son retour prochain avec un nouvel album. Pour patienter, repenchons-nous sur sa dernière réalisation en date...


Avril Lavigne, qui vient d'annoncer son retour prochain, sortait, il y a déjà quelques années, son cinquième album dans les bacs. Quid de cet album qui accueille les voix de Chad Kroeger de Nickelback et Marilyn Manson ? Notre analyse de l'opus...

Du Avril Lavigne pur jus ! 

Pour ce cinquième album éponyme, la jolie canadienne n'a pas souhaité changer son fusil d'épaule. Sans vouloir écoqueter toute la scène pop nord-américaine, Avril Lavigne reste fidèle au pop-rock qui la caractérise, tire à vue sur une génération qui veut grandir trop vite, « Here's To Never Growing Up », et sur les artistes qui poivrent leur musique d'arrogance : « I like it better than the hipster bullshit » clâme t-elle dans « Rock N Roll » et son clip complètement loufoque. 

Bonnes surprises et déceptions...

Parmi les bonnes surprises de cet opus, le suave « Give You What You Like ». Un morceau très naturel, très élégant, qui dilate un peu plus le timbre de la chanteuse, capable de notes bien rondes, aigues, plus féminines. Le mutin « Sippin' On Sunchine », le nostalgique « 17 » et l'enthousiaste « Bitchin' Summer », tout en gimmicks, gardent captif l'auditeur.

Les déceptions ? Si Marilyn Manson reste du gros gibier, sa participation au titre heavy-pop « Bad Girl » reste insatisfaisante. Reverbe vocale et croassements familiers, les deux artistes se renvoient la balle mais ne laissent pas parler la poudre. « Hello Kitty » mixe des sonorités k-pop et dubstep pour un rendu résolument contemporain mais aussi très surfait. Avril Lavigne semble, pour le coup, s'être trompée de piste. 

En "ballade" avec Avril...

Mais que serait un album d'Avril Lavigne sans quelques ballades bien senties ? De belles poésies interprétées la fleur au fusil à l'image de « Hush Hush », un piano-voix orchestré, subtile et bouleversant ou encore « Falling Fast ». « Let Me Go », en revanche, peine à convaincre. La griffe de Chad Kroeger, sans lien de parenté avec Freddy toutefois, est manifeste sur ce morceau. Du Nickelback tiède et enquiquinant. 

Concluons...

Si la réponse à la question « à quoi reconnaît-on un bon chasseur ? » reste à ce jour inconnue, notre amazone, en dépit de quelques maladresses, possède encore quelques cordes à son arc et s'impose définitivement comme une artiste intègre. Une nouvelle mouture sans réelle originalité mais qui ne billebaude pas... 

Star Wars : The Last Jedi, un comic book avec des scènes inédites !

Star Wars : The Last Jedi, un comic book avec des scènes inédites !

Pleymo : de belles surprises pour leur retour sur scène !

Pleymo : de belles surprises pour leur retour sur scène !