Avant leur concert prochain à Montréal, retour sur « Vale » : le dernier album de Black Veil Brides !

Avant leur concert prochain à Montréal, retour sur « Vale » : le dernier album de Black Veil Brides !

Vous les verrez peut-être dans quelques semaines sur la scène du MTelus, le combo glam rock Black Veil Brides est de retour avec un nouvel album ! 


Souvenez-vous, il y a peu, nous vous parlions des concerts Evenko à ne pas louper à Montréal cette année et le show de Black Veil Brides en fait partie. A quelques semaines de son concert au MTelus, le 4 février prochain pour être plus précis, avec Asking Alexandria et Crown The Empire, pour la tournée The Resurrection Tour, le groupe glam rock mené par le charismatique frontman Andy Black, a dévoilé Vale, son nouvel et 5ème album studio. Analysons cette œuvre et laissons-la nous révéler ses charmes... 

La magie opère pour une entrée pleine d’énergie !

Après une courte introduction « Incipiens Ad Finem », le numéro Black Veil Brides peut débuter sur « The Last One » et ses quelques notes de piano en préambule. Et commencent les choses sérieuses... Précis, intense et rythmé, le drumming mène l’ensemble à la baguette pour que se plaquent enfin riffs et envolées vocales d’Andy, toujours dans son rôle d'éveil des consciences. « The Last One » ? Espérons qu'il ne parle pas du dernier album du groupe ! Puis vient le single très pop et catchy « Wake Up ». Mais rassurez-vous les gars, nous sommes déjà très réveillés ! Ce titre très accrocheur, avec son chant solennel, s'offre, sans surprise, un vidéoclip pour l'illustrer. 

On enchaîne de manière un peu plus agressive avec « The Outsider » et son jeu de guitare introductif qui me rappelle un bon Avenged Sevenfold période Waking The Fallen. Il s'agit incontestablement de l'un des meilleurs titres de ce nouvel opus. Ça riff, ça cogne très fort derrière, le refrain est d'une efficacité imparable avec ses lyrics percutants. 

Say a prayer, every night, all we hear must be right, I am the outsider ! Living life for the end, nothing left to defend, I am the outsider ! 

On change un peu de ton avec le titre « My Vow », mais sans laisser retomber l'énergie déployée depuis l'ouverture du disque. En effet, le morceau revêt, à mon sens, une couleur très hardcore avec son jeu de guitares très incisif, expéditif et ses screams / scandés plus tranchants et protéinés qu'à l'accoutumée. Le refrain, lui, renoue avec l'esprit plus rock'n'roll du combo. Une belle surprise, plutôt inattendue, et l'assurance de faire des dégâts en live ! On sort aussi les muscles sur le très bon « Throw The First Stone », ses lignes de voix très mansonniennes et ses riffs dégringolants. Pour le combo originaire de Californie, se montrer à la fois technique et efficace n’a vraiment rien de sorcier... 

Changeons d'incantation !

Black Veil Brides, vous le savez déjà, c'est aussi des titres plus langoureux, dans la plus grande tradition heavy, héritage de leur aînés. « When They Call My Name », par exemple, propose un autre type d'envoûtement. Un morceau enveloppé de douceur, diablement mélodique et accrocheur, sans changer l'âme textuelle très romantique du groupe. L'un de mes titres favoris ! Au risque de provoquer la colère des puristes, je comparerai volontiers ce type de réalisations aux plus grandes balades d'Aerosmith ou encore Scorpions. Citons aussi « Our Destiny » ou encore « The King Of Pain », « Ballad Of The Lonely Heart » dans ce registre avec, toujours, ces scandes très contagieux et ces belles orchestrations qui font la particularité de Black Veil Brides. Un mot sur la dernière piste et morceau-titre « Vale », presque acoustique, qui monte en puissance petit à petit et qui prend aux tripes. 

Encore une fois, et sans surprise en ce qui me concerne, les Black Veil Brides ont trouvé la formule magique de l’album réussi : de la technique et de l’efficacité. Si vous aimez des morceaux comme « In The End » ou « We Don’t Belong », qui appartiennent au répertoire passé du groupe, vous devriez être conquis par cette nouvelle réalisation !

Malheureusement, ils ne devraient pas échapper au traditionnel lynchage critique de certains médias et fans. C’est là tout l’inconvénient de proposer une musique « datée » - ce n’est pas péjoratif sous ma plume - et d’en adopter les codes esthétiques, sans pouvoir invoquer le privilège de l’âge : on s’expose plus facilement à la jalousie et au dénigrement. Mais quand bien même ils seraient moqués, les BVB pourront toujours compter sur une fanbase solide et dévouée qui saura, elle, apprécier Vale à sa juste valeur. Can't wait for the show !  

Le rappeur Niska triomphe à l'Olympia De Montréal : notre compte-rendu du concert !

Le rappeur Niska triomphe à l'Olympia De Montréal : notre compte-rendu du concert !

The Walking Dead : en 2017, On a testé la Walker Stalker Con à Londres

The Walking Dead : en 2017, On a testé la Walker Stalker Con à Londres