Le combat continue ou 3 bonnes raisons d’écouter "J'Rap Encore", le nouvel album de Kery James !

Le combat continue ou 3 bonnes raisons d’écouter "J'Rap Encore", le nouvel album de Kery James !

Régulièrement, nous vous donnons notre avis tranché sur un sujet d’actualité, un artiste ou un nouveau morceau. Aujourd’hui, nous nous sommes penchés sur le nouveau Kery James, artiste que l’on aimerait voir prochainement à Montréal... 


7ème album studio et pas des moindres pour le rappeur français - ou plutôt l’Homme qui fait du rap - Kery James avec J’rap encore à quelques saisons de ses 30 ans de carrière, en solo, avec Ideal J ou la mafia K’1 Fry. Pour célébrer cela et sortir un billet digne de l’artiste, nous ne pouvions pas nous contenter d’un format chronique. Nous optons donc pour le plaidoyer et nous vous donnons 3 bonnes raisons d’écouter ce nouveau projet de l’artiste…  

« J'voudrais parler d'autre chose que de ma couleur, crois moi défendre d'autres causes, mais menotté au sol on prend rarement de la hauteur »

1 - Parce que pour Kery James, le combat continue…

En effet, “comment prendre de la hauteur lorsque l’on est menotté au sol ?” Vous avez deux heures ! Une punchline, extrait du titre “Blues” avec Féfé, doublée d’une franche interrogation que je trouve très pertinente. D’abord parce qu’elle résume assez bien l’esprit du disque, mais aussi parce qu’elle s’avère être la franche repartie des reproches que j’ai pu adresser au rappeur par le passé. Car, oui, en toute honnêteté, j’ai souvent récriminé l’artiste pour ses généralisations, parfois trop fréquentes à mon goût, lorsqu’il dénonce ou attaque, et le manque d’universalité dans les causes qu’il défend. Surtout depuis “Lettre à La République”. Mais aujourd’hui, les excuses sont de rigueur. Parce que j’ai compris ! J’ai compris que, pour Kery James, le combat continue, que Alix Mathurin, de son vrai patronyme, n’est pas guéri. Son écriture est toujours cathartique parce que rien n’a changé depuis Ideal J. Et c’est avec cette perspicacité retrouvée que je m’interroge : “que ne serais-je pas prêt à faire pour les miens ?”. Un combat, fût-il pacifiste, ne se gagne pas avec un esprit raisonné. Un Homme n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il est blessé. Voilà qui, à mon sens, légitime les paroles les plus sombres de Kery sur cet album.

2 - Parce que l’artiste sait s’entourer... 

Aujourd’hui, parler de featurings revient souvent à parler d’argent. Certains rappeurs ne s’en cachent plus. Il n’est pas ici question d’argent mais bel et bien de collaborations en Or avec des associations toujours pertinentes. On est toujours aussi fan de la prose aigre-douce de Chilla - lire notre chronique de son premier EP - qui est l’une des rappeuses les plus talentueuses de sa génération. Timbre sucré mais verbe affuté, une signature qui fonctionne sur l’émouvant “Piqué”. On apprécie la force brute de Kalash Criminel sur “PDM”, titre le plus résonnant et le plus effronté de ce disque, dirigé contre les Etats-Unis d’Amérique. Dès les premières notes du morceau, le célèbre “Hardcore” de Ideal J me revient en tête avec, d’ailleurs, de nombreux parallèles entre les deux textes comme le sujet Hiroshima. Nous tirons également notre chapeau à Féfé, sur “Blues”, le nouveau phénomène Soolking sur “Ça va aller” ou encore Sofiane sur “Joue Pas Les Gangsta”. Nouvelle école, ancienne, beats traps ou plus organiques, chaque discours, chaque esprit, chaque mot colle à son auteur et à l’instrumental qui l’accompagne.

3 - Une exceptionnelle polyvalence musicale…

Nous avons beaucoup parlé de fond. Parce qu’il prédomine toujours dans les albums de Kery James. Parlons un peu de forme maintenant. “J’rap encore”, mais pas uniquement... Doté, depuis ses premiers brouillons, d’une exceptionnelle sensibilité artistique, Kery James navigue entre les registres. On dit souvent que le terme “Rock” dépasse le simple cadre de la musique, que son essence, son message se libère surtout avec ses mots. C’est le même chose pour le hip hop qui se mue en “Blues” sur le titre éponyme avec Féfé. Chant et esprit tribal sur “Le Mélancolique”, chanson française sur “Sans Moi”. Ce dernier affiche une candeur, une simplicité et une justesse qui me prend au tripes et me saisit à chaque écoute. “Sans Moi” me rappelle les plus belles heures des Brassens ou Brel avec cette guitare finement grattée et ces mots qui se baladent sur la mélodie.

Concluons…

Je terminerai ce plaidoyer avec cette simple salamaleque : “De l’expatrié que je suis, au Canada, parce qu’il a décidé de ne plus payer d’impôts au gouvernement français : immense respect à vous, Mr Kery James, qui avez choisi de rester au front !

Kery James - Le Petit Cahier
Pourquoi la réponse de Shy’m à Damso est aussi parfaite que légitime !

Pourquoi la réponse de Shy’m à Damso est aussi parfaite que légitime !

XXXTentacion est animé pour le clip de "BAD!", 1er extrait de son album posthume

XXXTentacion est animé pour le clip de "BAD!", 1er extrait de son album posthume