Entrevue inédite avec le groupe Mayson, quelques heures avant leur premier concert !

Entrevue inédite avec le groupe Mayson, quelques heures avant leur premier concert !

L'accueil fait à leur premier album, la préparation de leur premier concert, l'après « Live Fast Live Once », leur sentiment sur un possible retour de Spark Gap... Le groupe Mayson nous dit tout ! 


Il y a quelques jours, nous vous donnions notre avis sur Live Fast Live Once, le premier album du duo rock-électro français Mayson, composé de Julien Henri et Max Muller, deux ex-membres du groupe rock Spark Gap. Il était important pour nous d'en savoir un peu plus sur la formation et de vous livrer quelques anecdotes intéressantes, à quelques heures de leur premier concert à Cergy-Pontoise, France. Entrevue... 

Si Mayson devait entrer dans le dictionnaire et que l’on vous demandait d’en écrire la définition, quelle serait-elle ?

Reconversion professionnelle ! (Rires). Duo Rock-Electro ayant la particularité de transmettre une énergie extrêmement positive !   

Jusqu’ici, quels sont les retours presse et public de l’album « Live Fast Live Once » ? En êtes-vous satisfaits ?

Les retours presse sont très positifs. L'album a été noté 9/10 sur La Grosse Radio et, côté public, les gens sont assez surpris du virage qu'on a pris après Spark Gap. C'était un pari risqué mais on s'aperçoit qu'au bout de quelques mois d'existence, le projet commence à fédérer de nouveaux fans.

« On voulait repartir à zéro pour ne plus avoir d'étiquette justement, et avoir la liberté de composition dont on avait besoin pour s'exprimer à travers ce projet... »

Quand on vit les prémices d’une nouvelle aventure musicale comme celle de Mayson, comment réagit-on au leak de son album sur les plateformes de téléchargement internet ? Positivement j’imagine ?

On trouve ça très bien, oui. On a surtout été très surpris car nous n'avions jamais vraiment été confrontés à cela avant. C'est toi Kevin qui nous avait prévenu d'ailleurs. Ca nous apporte de la visibilité en plus et tout le monde sait aujourd'hui que la plupart des artistes ne vivent pas des ventes de disque mais surtout du live. Etre piraté c'est cool, ça veut dire que tu suscites un intérêt et ça te permet d'être diffusé rapidement à travers le monde.

Avec Spark Gap, on a pu vous voir évoluer progressivement d’un son Punk Rock à une tonalité plus Stoner. Le rock électro de Mayson était-il trop radical pour conserver l’étiquette Spark Gap ?

Oui absolument ! Il faut savoir qu'on voulait repartir à zéro pour ne plus avoir d'étiquette justement et avoir la liberté de composition dont on avait besoin pour s'exprimer à travers ce projet. L'électro nous a toujours attiré, depuis tout petit, mais nous n'avions encore jamais pu l'exploiter dans nos projets respectifs avant Mayson. Nous avions essayé d'intégrer des séquences dans Spark Gap mais ça n'a pas été concluant.

Vous êtes tous les deux de gros travailleurs avec pas mal de projets à votre actif. Sérieusement, vous arrive t-il de dormir ?

(Rires) ! On a dormi une fois l'année dernière, en février... Un peu plus sérieusement, c'est vrai qu'on a énormément travaillé, surtout que nous réalisons presque tout nous-mêmes, mais nous sommes très complémentaires tous les deux, ce qui nous permet d'être efficace et notre expérience nous aide aussi beaucoup à ne pas perdre de temps. C'est vrai qu'on dort peu et on se fatigue plus que quand on avait 20 ans, mais on se focalise sur le résultat, ce qui nous permet de rester motivé. Bon... et surtout quand même, on se lève tôt tous les matins pour Mayson, ça aide !

Vous sortez d'une résidence au Forum De Vauréal. Pour confectionner votre jeu de scène, la configuration électro rock est elle plus exigeante, niveau matériel ou énergie par exemple, que ce que vous connaissiez sur vos projets précédents ?

Niveau matériel, on utilise des séquences, des synthés et des pads donc on est moins dans une configuration plug and play comme pourrait l'être un groupe de rock organique. Cette partie nous a demandé beaucoup de travail en amont mais en Live, c'est le jeu de scène qui nous demande le plus d'énergie car nous ne sommes que deux, donc il faut redoubler d'efforts.

Mayson - Entrevue - Le Petit Cahier

Avant votre première date dans quelques heures, y-a-t-il un peu de stress à faire vivre Mayson pour la première fois en live ?

A vrai dire ce qui nous stresse le plus c'est de savoir si la technologie ne va pas nous lâcher en plein live car pour le reste, nous avons déjà l'habitude avec nos précédents projets. On a surtout extrêmement hâte de défendre ce nouveau projet sur scène et c'est l'aboutissement d'une quantité de travail et d'une énergie considérable qui ont été investies dans Mayson.

« Il y a eu une petite transition ou nous avons retravaillé les premiers titres pour les rendre plus électro. C'est à ce moment précis que Mayson est réellement né ! »

Mon titre favori est : « The Line ». Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce morceau ? 

« The Line » fait partie des titres ayant subi un gros lifting car nous l'avions composé (comme certaines autres) initialement avec des instruments organiques. Nous avons connu deux phases lors de l'écriture de cet album. Une première où nous composions les titres initialement avec basse-guitare -batterie et nous rajoutions ensuite l'électro. Puis, une deuxième phase où nous faisions tout en même temps. Entre ces deux phases, il y a eu une petite transition où nous avons retravaillé les premiers titres pour les rendre plus électro. C'est à ce moment précis que Mayson est réellement né !

Avez vous déjà pensé à l’après « Live Fast Live Once » ou vivez vous l’aventure Mayson au jour le jour ? Avez-vous des échéances prochainement ?

On y a déjà pensé, oui. Nous avons d'ailleurs des idées qui nous viennent assez souvent, mais nous ne prenons pas la peine de les noter pour le moment, donc je dirais qu'on se concentre sur «Live Fast Live Once » pour en faire une sortie réussie. Mais, il est quasi certain qu'un deuxième album verra le jour. Nous recherchons activement des dates en ce moment, épaulé par Jeremy Delamotte, notre ingé son qui est aussi guitariste et qui fait le booking de Full Throttle Baby. La grosse date à venir est notre première partie avec General Electriks le 14 avril.

Mayson 2 - Entrevue - Le Petit Cahier

Existe t-il une possibilité de revoir Spark Gap dans le futur ou avez-vous définitivement tourné cette page de vos carrières respectives ?

C'est marrant que tu poses cette question ! Quasiment à chaque fois que nous nous retrouvons tous les trois avec Fred (bassiste de Spark Gap), lors de soirées ou pour diverses occasions, il y a toujours un moment où on se retrouve tous les trois à parler d'avant, avec beaucoup de nostalgie, et on se dit à chaque fois que ce serait chouette de refaire quelques concerts avec Spark Gap. Mais on imagine ça dans un futur plutôt éloigné, un peu comme un rêve, tout en sachant que nous restons de grands enfants qui font tout pour réaliser leurs rêves ! Alors, qui sait, peut être un jour ?

« Je suis vraiment heureux de pouvoir partager ce projet avec Max qui est une des personnes les plus importantes dans ma vie ! »

Quels sont les artistes ou morceaux qui tournent le plus sur vos playlists en ce moment ? Des coups de cœur à partager avec nous ?

Julien : En ce moment, j'écoute beaucoup le dernier Paramore et je ré-écoute pas mal l'album Underclass Hero de Sum 41 qui fait parti de mes albums préférés du groupe. J'écoute encore beaucoup Twenty One Pilots qui a énormément contribué à mon inspiration, l'album Blurryface est, pour moi, une pépite qui me transporte littéralement à chaque fois que je l'écoute. 

Max : J’écoute absolument tout. Je suis un grand fan de musique en voiture. Être dans sa bulle, avec la route, les sons que tu aimes prennent une toute autre dimension. J’y écoute beaucoup de rock'n'roll, The Bronx, Slayer, et pas mal d’électro, Fatima Yamaha, Andhim, et même parfois des sons que je n’aurai jamais pensé arriver à apprécier : Orelsan, ou MHD. Dans la voiture, c’est différent... 

Je vous laisse le mot de la fin...

Julien : J'aime vraiment ce projet ! Non pas par mégalomanie, mais parce que c'est la première fois pour moi que je monte un projet depuis le tout début et je suis vraiment heureux de pouvoir le partager avec Max qui est une des personnes les plus importantes dans ma vie. Ce mec est mon âme sœur artistique !

Max : Je suis fier du virage qu’on prend avec Mayson. J’aime apprendre à faire ce que je ne connais pas... Ça me donne l’impression d’avancer de progresser encore . Et Julien... C’est mon collègue, donc je le tolère ! (Rires)

Merci à Julien et Max pour leur disponibilité. Retrouvez toute l'actualité du groupe Mayson sur leur page Facebook officielle et notre chronique de leur disque « Live Fast Live Once » ici.

Supernatural : l'épisode crossover avec Scooby-Doo s'appelle « ScoobyNatural » !

Supernatural : l'épisode crossover avec Scooby-Doo s'appelle « ScoobyNatural » !

Dylan O'Brien dans la peau de Nightwing ?

Dylan O'Brien dans la peau de Nightwing ?