Notre avis sur le EP « Hors Catégorie » de Rowjay, rappeur de Montréal

Notre avis sur le EP « Hors Catégorie » de Rowjay, rappeur de Montréal

Rowjay, le rappeur de Saint-Léonard, attaque 2018 avec un nouvel EP disponible sur Soundcloud. Notre avis sur ces 6 titres. 


Le rappeur québécois Rowjay, dont nous vous avons déjà beaucoup parlé sur nos réseaux, et notamment après l'EP Carnaval De Finesse, est bien parti pour marquer 2018 de son empreinte. Et cette année, l'artiste a décidé de concourir Hors Catégorie avec son nouvel EP 6 titres disponible sur Soundcloud depuis quelques heures seulement. Nous avons décidé de monter sur le ring avec cet artiste qui ne prend décidément pas de gants... 

La cloche retentit sur l'introduction produite par Freakey ! beatmaker remarqué sur les titres de Hamza ou encore Krisy (je vous conseille d'écouter le très bon « Mélodie »), qui a déjà eu l'occasion de travailler avec Rowjay sur les titres « F-Zero » ou « Manoir » et, plus récemment, sur l'excellent track « Stripclub Remix » en featuring avec Hamza. L'étendard de la francophonie flotte au-dessus de l'arène et la Belgique n'est jamais bien loin ! - À ce sujet, je vous suggère de lire notre critique du disque Tueurs, compilation des rappeurs belges les plus emblématiques du moment

Rowjay

Dès les premières frappes textuelles de Rowjay, le nom de l'EP « Hors Catégorie » prend tout son sens. « Hors Catégorie dans notre marché, arrêtez d'essayer de nous classer » nous dit l'artiste, à raison. En dépit d'une diction métronomique que certains pourraient être prompts à estampiller « trap », le phrasé du rappeur de Montréal montre une véritable originalité. Comme il a coutume de le faire, Rowjay dévoile une prose ambitieuse, teintée d'egotrip, et dédicace ses fans, ceux qui le soutiennent ou partagent son histoire. La production est très claire, très mélodique, très efficace. C'est l'Uppercut d'entrée.

On entame le second round avec « 10ème » et son beat tout en distorsion avec DoomX à la prod. Sur une nappe très jazzy, Rowjay nous emmène avec lui à Paris et partage le magnétisme qu'exerce sur lui la capitale française. Je ne suis pas un amoureux de la ville, loin de là, c'est en partie pour ça que je réside au Québec aujourd'hui, mais je ne lui en tiendrai pas rigueur puisque le titre est bon ! « Ballon Bleu », produit par PlatinumWav, poursuit sur cette idée de distorsion et brille par ses enchaînements syllabiques imparables ! 

« Depuis mon jeune âge, je savais déjà que ma place n'était pas dans les grands édifices, à rester discrètement dans les coulisses, pendant que les supérieurs, eux, s'enrichissent... »
Rowjay 2

Freakey ! reprend, pour la seconde fois, la console sur « Vente De Rêve ». Le beatmaker possède une véritable empreinte musicale et ses productions sont reconnaissables entre mille. Le son Freakey ! est toujours très mélodique, chaud, rassurant et assied le rappeur sur un fauteuil très confortable. Ainsi, le rappeur opte pour un flow très calme, laissant traîner l'emphase sur ses fins de phrases, s'autorisant même une séquence parlée en fin de morceau. 

« Je sais qu'elle aime bien ma dégaine (...), c'est pour ça que toi tu as la haine... »

Compétiteur infatigable, le rappeur du quartier Saint-Léonard (allez jeter une oreille sur le morceau du même nom), garde la flamme avec « Hustle Olympique », 5ème titre de l'opus et seconde production de DoomX sur celui-ci. Beat résonnant et vibrant, Rowjay « vise les Jeux Olympiques ». Encore une fois, l'artiste insiste bien sur la notion d'Equipe et adresse un shout-out à toutes les personnes qui le soutiennent et lui permettent de faire vivre son noble-art en dépit des risques que cela comporte. 

« Les shows sont remplis, les gens veulent nous voir et sont toujours bien déchaînés. J'ai pris des risques dans ma vie, mais fuck un neuf-à-cinq, je ne veux pas être enchainé... »

Les titres sont courts. Gauche, droite, gauche, droite, Rowjay ne perd pas de temps à tourner autour de l'adversaire pour chercher le K.O et ce n'est pas « Mario Odyssey » qui me fera mentir. Beaucoup d'intensité dans ce beat qui ferme l'écoute, le rappeur se met au diapason et livre, sur ce round, quelques-uns de ses coups les plus ravageurs ; Freakey ! une nouvelle fois en « sparring partner », étrillant poids légers comme poids lourds. Comble du newbie du jeux-vidéo que je suis, ce morceau est pourtant et incontestablement celui que je préfère sur « Hors Catégorie ». 

« Plus imposant que des Sumos, et je pèse mes mots, je me souviens encore quand les gens venaient me dire que j'irai nulle-part, maintenant je passe devant ces gens et je suis vêtu de léopard... »

Concluons. Rowjay n'a pas usurpé son titre de meilleur rappeur québécois Hors Catégorie et peut fièrement en brandir la ceinture. Le secret de sa réussite ? Tandis que ses producteurs volent comme des papillons, lui pique comme une abeille et esquive habilement les étiquettes qu'on voudrait lui coller sur la mâchoire. Parmi tous les emcees qui, en France et ici, à Montréal, boxent encore avec les mots, Rowjay a tout ce qu'il faut pour en envoyer la plupart dans les cordes. Écoutez donc...

Les Animaniacs seront bientôt de retour avec Warner Bros et Steven Spielberg !

Les Animaniacs seront bientôt de retour avec Warner Bros et Steven Spielberg !

« Huncho Jack, Jack Huncho » : notre avis sur l'album commun tant attendu entre Quavo et Travis Scott

« Huncho Jack, Jack Huncho » : notre avis sur l'album commun tant attendu entre Quavo et Travis Scott