La fine fleur du rap belge réunie sur la B.O du film « Tueurs » : notre analyse du disque !

La fine fleur du rap belge réunie sur la B.O du film « Tueurs » : notre analyse du disque !

Damso, Hamza, Roméo Elvis, Krisy ou encore Caballero et JeanJass, retrouvez la crème du rap belge sur 12 titres inédits que nous avons analysé pour vous ! 


C’est avec beaucoup d’exigences que je me suis lancé dans la critique de la bande originale du thriller belge Tueurs, actuellement à l'affiche dans les salles obscures. D’abord parce que ce recueil musical, produit par Clément d'Animalsons, est présenté comme l’un des manifestes de l’avènement du rap belge avec la présence des pointures locales du registre comme Damso, Roméo Elvis, Hamza, Krisy ou encore Caballero et JeanJass. Ensuite parce que je me suis vite imaginé retrouver le parfum des grandes bandes sonores hip hop du début des années 2000, 8 Mile et The Wash pour les Etats-Unis ou Taxi 2 de l’autre côté de l’océan par exemple - cet album de One Shot, quel disque incroyable ! Quels trésors et quelles découvertes se cachent derrière cette pochette aux allures du film « Le Bon, La Brute et le Truand » ou de l'album Sad Hill de Kheops ? Je vous invite à me suivre sur cette présentation titre-à-titre que j'ai préparé pour vous...

« Vous M’aurez Pas » de Caballero et JeanJass

On ne les présente plus, ils sont les premiers rappeurs belges qui ont retenu mon attention. J’ai découvert Caballero et JeanJass sur leur EP collaboratif Double Hélice Volume 1 (vous pourrez prochainement en retrouver la chronique sur notre site) et le duo livre ici un morceau légèrement différent de ce à quoi ils nous ont habitué. Point d'egotrip ni d'humour ici, nos artistes « jeunes et jeniaux » posent leurs mots avec une minutie toute particulière sur un titre très mélodique avec une belle nappe instrumentale, très organique, à l'atmosphère presque apaisante. 

 « Je voulais rendre fière la famille… Vous m’aurez pas, je suis couché sur le sol… » . Des mots hors-la-loi qui prennent aux tripes et collent au thème du film. L’utilisation de l’autotune, sur le refrain notamment, est plutôt maline et cohérente avec l’esprit du morceau. On imaginerait presque le rappeur Hamza murmurer derrière nos emcees. Je suis d’ordinaire beaucoup plus friand du rap de JeanJass mais je dois donner une mention spéciale à Caballero qui brille vraiment sur ce titre très abouti et très efficace. Je suis très agréablement surpris par le résultat. Peut-être une piste à creuser pour leurs futures collaborations puisque ces deux-là devraient encore nous servir quelque chose dans le futur. Pour rappel, JJ et Caba dévoilaient, il y a quelques temps déjà, leur projet Double Hélice Volume 2 dont est extrait le titre ci-dessous. 

« Hush » de Coely

Artiste hip hop - soul originaire de Antwerpen et propulsée en 2012, Coely signe une pièce importante de cette anthologie de titres inédits inspirés du film « Tueurs » avec « Hush ». Sur un beat clair, solennel et vrombissant se baladent quelques notes de piano. Les refrains sont chantés et les couplets sont kickés avec beaucoup d'attitude et un sens très prononcé du rythme. Cette artiste, que je ne connaissais pas jusqu'à aujourd'hui, me fait penser à la rappeuse britannique Lady Leshurr sur quelques intonations. C'est, en tout cas, une très agréable découverte et je suis ravi de constater qu'il n'y a pas que Shay qui porte l'étendard de la gente féminine en Belgique. Je vous laisse écouter « Celebrate », titre extrait de l'album Different Waters déjà disponible. 

« Tueurs » de Damso

Faut-il encore le présenter ? Damso, protégé de Booba - l'élève a d'ailleurs dépassé le maître comme nous vous l'expliquons dans notre critique de l'album Trône - livre le morceau titre de cette compilation et générique de fin du film. Ce n'est pas anodin puisque « Tueurs » est, à mon sens, le meilleur track de celle-ci. Damso fait du Damso, comme il le fait si bien depuis Batterie Faible, l'album de sa consécration, que nous avons critiqué ici, et il est difficile de résister à cette diction chaloupée, espiègle, qui nous évoque les plus éminents paroliers de la chanson française.

Il y a du Brassens dans cette plume, c'est incontestable. Je prends volontiers le risque de faire bondir quelques puristes. Comme j'ai déjà pu l'écrire, Damso a bien compris que la punchline n'a nul besoin d'être agressive pour être efficace : elle peut émouvoir, surprendre, amuser même ! « Tueur » est un titre élégant, à la rythmique presque dansante et exotique. Le rappeur se mue en compteur le temps de quelques lignes. Le résultat est d'une efficacité sans commune mesure, impossible de pas susurrer avec lui « Tueurs, tueurs, tueurs... ». Et pour ceux qui ne seraient pas encore familiers avec l'artiste, Damso c'est aussi l'album Ipséité, dont est extrait le titre « Macarena » disponible ci-dessous.

« Je M'Evade » de Hamza

Hamza est l'une des grandes figures du rap belge aujourd'hui, à juste titre. Pour être honnête, je l'ai découvert sur le tard, et plus précisément lorsqu'il prêtait sa voix à l'excellent titre « Comme Des Sauvages » du rappeur français Seth Gueko. A l'instar des artistes présentés précédemment, lui aussi possède un univers qui lui est propre. Avec plus de crédibilité, d'éfficacité et les moyens techniques que lui offrent la modernité, le emcee originaire de Laeken dépoussière le « R'N'B De Rue » cher à Matt Houston. Au demeurant peu courtois à l'égard de la gente féminine, Hamza se sert de ce vocabulaire très imagé pour alimenter ce personnage de petit prince du ghetto.

Sur « Je M'Evade », Hamza nous propose quelques bonnes vibes planantes sans bousculer son style et avec, toujours, cette utilisation insistante mais efficace de l'autotune qui fait son succès et sa signature. Vous pouvez retrouver le clip ci-dessous.

« Définition d'un OG » de Isha

Originaire de Bruxelles, Isha, que je découvre avec vous, fait partie de ces rappeurs discrets, dans la retenue, comme Krisy, qui travaillent en silence et laissent le succès faire du bruit. La nappe instrumentale de « Définition d'un OG » est très mélodique, presque mélancolique, en adéquation avec l'esprit du film et du disque in extenso. Quelques douces notes de synthé dansent autour du métronome avant de laisser le piano courir sur le refrain. Les mots sont vrais, désabusés. Toute l'authenticité de l'artiste est palpable sur ce track dont vous pouvez retrouver un extrait ci-dessous. 

« Dernière Fois » de Krisy

J'ai découvert Krisy il y a quelques semaines seulement avec son titre « Mélodie », que vous pouvez retrouver ci-dessous, et son excellent clip réalisé par Pierrick Dufrenoy. J'ai accroché immédiatement. La simplicité et l'élégance du rappeur bruxellois me rappellent les grands référents du genre en France comme MC Solaar. A l'instar des morceaux précédents, « Encore Une Dernière Fois » est travaillé pour être efficace et indélébile avec un refrain concis et mélodique. Il s'ajoute à la déjà longue liste des tracks réussis de cette compilation

« Pile Ou Face » de Senamo

Membre de la formation rap belge La Smala, le bruxellois Senamo nous propose un track un peu plus offensif que les titres présentés précédemment. C'est une - sympathique - découverte pour moi qui ne connaissais le emcee que de nom. Le beat est urgent et la rythmique mitraillée, un peu dans le style de ce que composait Therapy pour Kaaris ou Booba à l'époque de Futur, album qui a redynamisé la carrière de ce dernier, comme nous vous l'expliquions récemment. « Pile Ou Face » nous offre un refrain laconique et efficace avec sa voix doublée et ses choeurs en arrière-plan. La diction et la plume de Senamo m'évoquent le rap compact et sans filtre du rappeur français Sinik. Textuellement, le morceau s'inscrit dans la structure lexicale du film : thriller, violence et amour du risque. J'invite celles et ceux qui souhaitent faire un pas de plus dans l'univers de Senamo à écouter le titre « DMT », mixé et enregistré par JeanJass

« Végéta » de Yanso

L'autotune est ici utilisée de façon très prononcée et donne une couleur très robotique et futuriste au timbre du rappeur originaire de Bruxelles. On y retrouve un peu les traits d'Aladin 135, rappeur du groupe français Panama Bende, dont nous chroniquions récemment l'album Indigo. Les vibes qui introduisent le track et résonnent en arrière-plan, couplées au beat planant me rappellent certaines compositions du groupe PNL. Un morceau qui vient de l'espace comme le vaisseau d'un certain Végéta. S'il y a peu d'infos sur l'artiste sur les réseaux sociaux, nous pouvons tout de même vous dire dire que c'est jeune et prometteur. 

« Méchant » de Roméo Elvis

Il est l'une des têtes d'affiche du rap bruxellois et, in extenso, de cette compilation. Le titre de Roméo Elvis dénote avec la grande majorité des pistes présentes sur ce disque grâce à son mordant et son bellicisme. Le phrasé de Roméo est immédiatement identifiable : voix grave, solide, diction nonchalante et paradoxalement inébranlable. Le beat, lui, est grave, résonnant, avec une tonalité très bordélique pour coller à l'atmosphère textuelle du track : « Coup de feu sur les méchants, j'étais un peu éméché... ». Un morceau véritablement défouloir et Yolo. Pour rappel, l'une des actualités récentes de Roméo Elvis est la sortie du clip de « Sabena » disponible ci-dessous et réalisé par Pierrick Dufrenoy.

« Sans Limites » de Lord Gasmique

Là encore, c'est une couleur très cloud-trap qui habille le beat, très lancinant comme la grande majorité des titres de ce disque. Le rap de Lord Gasmique est très emphatique avec un timbre très grave et très sombre un peu comme le fait Rim-K du groupe français 113. Il est, en ce sens, beaucoup plus proche d'un Roméo Elvis que d'un Krisy par exemple. Un phrasé qui contraste avec le gimmick du refrain « Sans limites » et ses lignes chantées et une signature vocale et textuelle que l'on retrouve sur « Dark Vador », l'un de ses titres les plus emblématiques disponible ci-dessous.

« Au Pays Des Droits De L'Homme » de Kobo

Le titre de Kobo, artiste lui aussi originaire de Bruxelles, est peut-être celui que j'affectionne le plus sur cette anthologie. Le beat est très intense et très addictif. Pas de kicking ici, le flow de Kobo est essentiellement chanté, à l'instar de son confrère Hamza, mais dans un registre différent. La découpe syllabique des lignes de Kobo sur « Au Pays Des Droits De L'Homme » se révèle extrêmement musicale et fonctionne comme un instrument à part entière sur cette nappe déjà riche et planante. Si le rappeur s'affiche pour le moment avec un foulard pour masquer son visage, il possède un style qui, lui, est très reconnaissable. 

« Santo » de Zwangere Guy

L'une des grosses surprises de ce disque vient de Zwangere Guy puisque l'artiste rappe... en flamand ! Ne me demandez pas de vous traduire les paroles de « Santo », titre très exotique avec son beat trap très agressif tout comme le phrasé qui l'accompagne. Ce track est incontestablement le plus offensif du disque et nous tranche avec l'ensemble de la compilation. L'inspiration est très américaine avec un débit mitraillette qui pourrait vous évoquer Migos ou encore Future. Pour apprivoiser un peu plus l'univers électro hip hop de Zwangere Guy, je vous invite à écouter « Suave » produit par Le Motel.

Le groupe de rock Mayson dévoile l'album « Live Fast Live Once », notre avis !

Le groupe de rock Mayson dévoile l'album « Live Fast Live Once », notre avis !

Gremlins Recall : un fan film exceptionnel à voir absolument avant Gremlins 3

Gremlins Recall : un fan film exceptionnel à voir absolument avant Gremlins 3