Vald : notre avis sur l'album "Xeu" en 5 morceaux

Vald : notre avis sur l'album "Xeu" en 5 morceaux

Le rappeur originaire d'Aulnay-sous-Bois livre un deuxième album très attendu qui risque de ne pas vous laisser indifférent, que vous l'appréciez ou non... 


Une fois de plus, je vais laisser parler mon honnêteté : je n’ai découvert l'inénarrable Vald que sur le tard et plus précisément lors de son excellent feat avec Damso (que vous pouvez retrouver depuis peu sur la bande originale du film Tueurs) sur le titre « Vitrine ». Pardonnez-moi, je suis de la vielle école et de ceux qui guettent encore la sortie du Detox de Dr Dre. Mais je ne pouvais pas rester plus longtemps sur la touche, aussi je me suis décidé à vous livrer mon avis sur son nouvel album Xeu en vous sélectionnant 5 titres représentatifs de l'opus et de l'esprit insufflé par son auteur... 

5 morceaux pour comprendre « Xeu » :

« Primitif » : Le titre qui donne le coup d'envoi de ce nouveau disque. Un premier contact riche de sens avec le rappeur et celui-ci nous montre de suite un visage particulièrement désenchanté. Musicalement, nous sommes en présence d'un titre trap classique avec de bons bassdrops, de belles nappes de basses claires et rebondissantes, et c'est sur ce rythme que tournera la plus grande partie de cet album. Les aficionados de beats type Therapy (et leur travaux pour Kaaris notamment) seront séduits. Textuellement, toutes les caractéristiques qui font la notoriété et la force de Vald sont présents : du second degré, des rimes corrosives, un langage fleuri et des attaques qui vont droit au but sur un monde qui ne tourne pas rond

« Primitif, putain c'que j'suis primitif, Mort-vivant comme Lady Di, j'vais faire l'milliard, comme P. Diddy, Y'a qu'les nuages qui limitent, j'fais gaffe, y'a des gosses qui m'imitent, Enfoiré, t'es si fini, tu mérites la syphilis (...) C'est quoi, c'monde qu'on laisse à nos p'tites sœurs ? Une grosse b*** sur un Post-It, Et détournements d'fonds dans les gros titres ? »

« Dragon » feat Sofiane : Il est probablement le titre le plus imagé et décalé de l'opus, vous n'avez qu'à jeter une oreille au live interprété dans l'émission française Planète Rap (voir ci-dessous) pour vous en convaincre. Il est aussi l'un des meilleurs titres trap français que j'ai pu entendre avec un Sofiane qui mouille aussi le maillot ! Le beat est lourd, résolument trap, résonnant. Les lyrics de cette piste concept sont à hurler de rire, presque moqueurs mais l'artiste fait tout de même étalage de sa technique. Impossible de ne pas danser, à l'instar du titre « Poisson », un autre track représentatif de l'esprit Vald et de la place que prennent l'humour et le second degré dans ses compositions. 

« Que de dragonnes, donc que de dragonsDragonne veut dragon, dans son dragon boule, j'ressors marron rougePolia y'a dragons, galettes sur l'édredon, nuit du dragon, Vide le wagon gros, j'allume un dragon... »

« Deviens Génial » : À première écoute, ce titre déstabilisant semble avoir davantage sa place dans une fête foraine que dans une salle de concert. Mais n'oublions pas qu'il s'agit de Vald. Et donc qu'il y a, derrière la blague et ce second degré très marqué, un message désabusé : le monde appartient à ceux qui travestissent leur nature pour plaire à la masse. Un conseil qu'il semble adresser à son fils à en croire les différentes interviews que le rappeur a pu donner. En ce sens, le rappeur me fait encore énormément penser à Orelsan et toutes ces plumes qui font naître une théorie de l'absurde :

« Deviens génial, deviens génial, Tu n'sais pas encore l'enfer qui t'attend, Le regard des uns, le rejet des autres, Si t'es bizarre, si t'es pas marrant, Deviens génial, deviens génial, Pourquoi t'aimeraient-ils seulement comme tu es ? Si t'es pas comme eux quand t'es naturel, Deviens génial, deviens génial... »

« Désaccordé » : Un morceau très mélodique, dévoilé peu de temps avant la sortie de l'album, et un vrai carton ! Textuellement,  nous sommes dans l'egotrip pur et le puzzle de mots et de pensées cher au rappeur Booba. La diction de Vald, sur ce morceau, me rappelle d'ailleurs beaucoup celle du rappeur du 92i, qui sortait récemment son album « Trône », dans toute sa désinvolture et dans le vocabulaire utilisé. 

« J'ai la vue sur l'timent-bâ, je n'suis plus sentimental, Tu m'as vu sortir en bas, les poumons quasiment noirs, En route pour niquer des mères comme lundi matin, dimanche soir, M'écoute pas, si tu préfères ton rap de caissier qui vend pas, Ah ouais, ouais, ouais... »

« Gris » : L'un des morceaux que je préfère sur cet opus. Un autre point commun entre Vald et Booba : leur utilisation bien dosée de l'auto-tune pour donner un peu d'efficacité supplémentaire à leurs refrains et leurs lignes de chant. Ce titre nous offre un visage plus sombre du rappeur qui multiplie les tacles à l'adresse de lui-même, du comportement humain et du système dans lequel nous évoluons

« Chaque bilan désastreux, sauf nez vers les astres, J'empile les affres, j'suis gentil mais affreux, j'parle de moi comme produit d'l'environnement, si violent, le teint pâle et l'âme noire, l'horizon grisonnant... »

Concluons...

Vald est tantôt ce footballeur impulsif à la course rectiligne - on ne l'apprécie pas pour son élégance de jeu mais pour sa capacité à rentrer en force dans les 6 derniers mètres - tantôt ce numéro 10 ambidextre qui organise le jeu : il lance de brûlants débats en profondeur et des punchlines hilarantes dont lui seul a le secret de l'extérieur du pied. Djibril Pastore. 

Kinnie Lane : notre avis sur son album "V"

Kinnie Lane : notre avis sur son album "V"

Star Wars : The Last Jedi, un comic book avec des scènes inédites !

Star Wars : The Last Jedi, un comic book avec des scènes inédites !