We Were Sharks : notre avis sur le disque « Lost Touch »

We Were Sharks : notre avis sur le disque « Lost Touch »

La formation pop-punk canadienne, membre de l’écurie Victory Records, livre un nouvel opus qui ne devrait pas vous laisser indifférent...


Version Française 🇫🇷

Je ne connaissais pas We Were Sharks avant de recevoir le communiqué presse Victory Records. En ce qui me concerne, le pop punk s’est arrêté de plaire après Infinity on High et les échecs consécutifs et répétés de Fall Out Boy. Le dernier disque à avoir retenu mon attention est peut-être le Never Happy, Ever After des britanniques de As It Is... C’est donc avec oreille quasiment neuve que j’ai entrepris l’écoute et l’analyse de ce Lost Touch, troisième réalisation du combo américain. Je note, au passage, que la formation possède une bonne et solide réputation en Amérique Du Nord et a déjà partagé la scène avec des groupes comme State Champs, The Wonder Years ou encore Beartooth

La première chanson de l'album, « Beyond Repair », nous met déjà dans le bain. La formule : un rock très accrocheur, rythmé, qui ne s'embarrasse pas du superflu, guidé par une voix qui oscille parfaitement entre timbre pop sucré et élocution punk. À la production, nous retrouvons Paul Marc Rousseau, guitariste du groupe Silverstein

Mes préférences vont aux morceaux « Sober » et « Never Looked Better » qui sont un peu moins punk et plus radio-friendly mais qui me charment par ces refrains très accrocheurs, cette voix très ronde et ces riffs très énergiques. Je ne suis pas un fan de la comparaison mais puisque vous y tenez : on navigue quelque part entre The Higher et The Red Jumpsuit Apparatus. En tout cas, l'effet madeleine est garanti. Me voilà propulsé 15 ans en arrière, dans la cour du lycée, vouant un culte au film American Pie et écoutant le dernier single de Yellowcard...

On retiendra également les chansons suivantes : « Hotel Beds » qui, elle, me fait penser au vrai bon Fall Out Boy, celui de « Sugar, We're Going Down », et « Late Bloomer », morceau bien punk sur lequel apparaît Ollie Baxxter, chanteur du groupe pop-punk Broadside, également signé chez Victory Records. 

Concluons...

Le groupe originaire d’Ottawa nous livre un 10-titres de qualité, digne des plus grands albums du genre, et vraiment rassurant sur la bonne santé du pop punk en 2018 ! Si l’été et ses rayons n’ont pas encore fait leur apparition, We Were Sharks nous en offre les premières morsures...


English Version 🇬🇧

I didn't know We Were Sharks until I received the Victory Records press release. As far as I'm concerned, I haven't been attracted in punk pop since Infinity On High and the consecutive and repeated failures of Fall Out Boy. The last record that maybe caught my attention was Never Happy, Ever After from the British band As It Is... So it was with a new ear that I began listening to Lost Touch and analyzing it. This record is the third production of the American combo. I'm well aware, by the way, that the band has a good and solid reputation in North America and has already shared the stage with champions like State Champs, The Wonder Years and Beartooth.

The first song of the album, « Beyond Repair », puts us in the mood already. The formula : a very catchy, rhythmic rock, which goes straight to the essential, guided by a singer that knows perfectly oscillate between a sweet pop voice and a punk speech. Note that the album was produced by Silverstein guitarist Paul Marc Rousseau

My preferences go to the songs « Sober » and « Never Looked Better » which are a little less punk and more radio-friendly but which charm me by these very catchy choruses, this very round voice and these very energetic riffs. I'm not a fan of the comparison but we're sailing somewhere between The Higher and The Red Jumpsuit Apparatus. In any case, the « madeleine effect » (a French concept between nostalgia and flashback) is guaranteed. Here I am, 15 years ago, in the high school courtyard, worshipping the movie American Pie, listening to the last Yellowcard's single... 

We will also remember the following songs : « Hotel Beds » which reminds me of the real good old Fall Out Boy, the one who wrote « Sugar, We're Going Down », and « Late Bloomer », a much more punk track on which features Ollie Baxxter, singer of the Victory Record's signed pop-punk band Broadside

In conclusion, the Ottawa-born band delivers a very interesting record, worthy of the best records of this music genre, and reassures us about the good health of pop-punk in 2018 ! If summer and its rays have not yet made their appearance, We Were Sharks offers us the first bites...

Écoutez "Dorian", le nouveau titre du groupe Vegastar !

Écoutez "Dorian", le nouveau titre du groupe Vegastar !

Vegastar : notre entrevue inédite avec le groupe avant son retour sur scène !

Vegastar : notre entrevue inédite avec le groupe avant son retour sur scène !